Agriculteur malgré lui, musicien, peintre complètement autodidacte, dans le sens le plus noble du terme, Maxime Richaud savait avoir de l?esprit et de l?humour en toutes circonstances. Après Surtel, après Shahda , il est le troisième peintre d?une génération exceptionnelle d?artistes surdoués qui ont fait la gloire du Comtat. Les vieux comtadins n?oublieront jamais l?un des fondateurs du Petit Montmartre et son immuable casquette de marin vissée sur le crâne, son parler de philosophe terrien savamment mêlé de patois, sa gouaille et son sourire moqueur, dissimulant à peine une très grande chaleur humaine. Natif d?Aubignan, c?est en contemplant la mer déferlante des oliviers battus par le Mistral, c?est en rêvant devant ce flot végétal, que l?artiste visualisait ses rêves. Artiste pur, sobre, passionné, refusant toute concession à son ?uvre, il avait une vision franche d?une ampleur majestueuse. C?est l?intelligence du c?ur qui conduisait sa main en caressant sa riche palette pleine de beauté, de poésie et de mystère. Dépassant le souci de la description minutieuse de la réalité, ne se souciant que des formes nobles, il évoquait ce monde pétri de civilisation romaine en larges formes souples et fondues comme les strophes d?un poème. Cette sobriété directe et franche des moyens se retrouve dans les banquets, les paysages d?une intense sensibilité, mais aussi dans les natures mortes flamboyantes et les personnages d?une envo?tante présence. Maxime Richaud nous a quitté mais il nous laisse l??uvre lyrique et rayonnante d?un artiste loyal et généreux, qui a su exprimer de tout son c?ur et de toute sa palette ses émerveillements d?homme et d?artiste. Jacqueline Brotte dans L?Accent de Provence Maxime Richaud 1924 - 1994
 

 

Le Maître d'Aubignan

 

 

 

 

Agriculteur malgré lui, musicien,peintre complètement autodidacte, dans le sens le plus noble du terme, Maxime Richaud est après Surtel et Shahda le troisième peintre d'une génération exceptionnelle d'artistes surdoués qui ont fait la gloire du Comtat.

Les vieux comtadins n'oublieront jamais l'un des fondateurs du Petit Montmartre et son immuable casquette de marin vissée sur le crâne, son parler de philosophe terrien savamment mêlé de patois, sa gouaille et son sourire moqueur, dissimulant à peine une très grande chaleur humaine.

 

 

 

Natif d'Aubignan, c'est en contemplant la mer déferlante des oliviers battus par le Mistral, c'est en rêvant devant ce flot végétal, que l'artiste visualisait ses rêves. Artiste pur, sobre, passionné, refusant toute concession à son oeuvre, il avait une vision franche d'une ampleur majestueuse. C'est l'intelligence du coeur qui conduisait sa main en caressant sa riche palette pleine de beauté, de poésie et de mystère.

 

 

Dépassant le souci de la description minutieuse de la réalité, ne se souciant que des formes nobles, il évoquait ce monde pétri de civilisation romaine en larges formes souples et fondues comme les strophes d'un poème. Cette sobriété directe et franche des moyens se retrouve dans les banquets, les paysages d'une intense sensibilité, mais aussi dans les natures mortes flamboyantes et les personnages d'une envoutante présence. Maxime Richaud nous a quitté mais il nous laisse l'oeuvre lyrique et rayonnante d'un artiste loyal et généreux, qui a su exprimer de tout son coeur et de toute sa palette ses émerveillements d'homme et d'artiste.

 

                                                                                                                                                                                                                        

Jacqueline Brotte dans L'Accent de Provence - janvier 1994.

 

 

L'artiste
© 2012